Le destin très inattendu de « Destinée » !…

Le succès considérable du film « Les sous-doués »  (4.600.000 entrées !) sorti sur les écrans en 1980 incite son réalisateur Claude Zidi à lui donner rapidement une suite. Ce sera « Les sous-doués en vacances » tourné deux ans plus tard, une comédie qui relate les nouvelles aventures post-bac – sous le soleil des Seychelles – de Bébel, alias Daniel Auteuil, et de sa bande de copains fumistes. Parmi les nouvelles recrues, Guy Marchand incarne le chanteur de charme Paul Memphis qui entonne la chanson « Destinée » tout au long du film : « A la base, ça ne devait être qu’une énorme connerie ! On nous avait demandé de composer un saucisson d’été, alors on a fait un saucisson d’été ».

Pour ce faire, il co-écrit les paroles avec le journaliste Philippe Adler et s’associe au compositeur Vladimir Cosma qui signe la musique : « En vérité, on a repris ‘L’été indien’ de Joe Dassin, mais à l’envers », confessera plus tard Guy Marchand (in ‘Schnock’ juin 2018). Une anecdote qui n’est pas sans rappeler un autre détournement célèbre et tout aussi volontaire, celui  de « Étoile des neiges », la célèbre chanson de Line Renaud transformée par Pierre Bachelet en « Quand te reverrai-je, pays merveilleux ? » que braille Jean-Claude Dusse, alias Michel Blanc, perché sur son télésiège immobilisé, dans « Les bronzés font du ski » (1979).

Le but de cette création était de moquer la chanson française d’alors, de ses mélodies faciles, du show-business en général et de l’usage à outrance, à l’époque, du nouvel instrument en vogue, le synthétiseur.

Ce qui devait n’être au départ qu’une innocente ritournelle conditionnée pour être ringarde et humoristique et …destinée  à ponctuer un  scénario de film, va devenir un véritable tube discographique durant l’été 1982, à la grande surprise de ses auteurs et au grand dam de Guy Marchand qui peinait à ce moment-là à vendre ses propres œuvres puisées dans un répertoire moins ironique, celui du jazz et du tango.

Mais le destin de « Destinée » va connaître un autre tournant ! Lors d’une scène du film « Le père Noël est une ordure ! », en 1982, le réalisateur Jean-Marie Poiré fait danser ensemble Katia (Christian Clavier) et Pierre (Thierry Lhermitte) sur la chanson « Vous les femmes » de Julio Iglesisas. Comme le budget du film n’est pas suffisant pour en obtenir les droits, Vladimir Cosma, compositeur du film, s’adresse alors à Claude Zidi et à Guy Marchand pour l’autoriser à réutiliser « Destinée » en lieu et place d’Iglesias dans cette scène. Accepté.

Pour l’anecdote, Guy Marchand qui n’imaginait pas l’avenir (très !) lucratif que connaîtra sa chanson, avait jugé bon d’abandonner l’intégralité de ses droits au bénéfice d’un tiers qui, ironiquement, n’a pas travaillé dessus : « Moi, je n’ai rien touché du tout ! C’était très vexant d’ailleurs, car je venais de faire un disque avec un big bang et je n’en ai pas vendu un seul ! » (in ‘Schnock’ juin 2018)…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *