Boby Lapointe, le « chanteur sous-titré »…

En 1960, lorsque le producteur de cinéma Pierre Braunberger visionne les rushes du film de François Truffaut, « Tirez sur le pianiste » (adapté du roman de David Goodis), il désapprouve la séquence où l’on voit Boby Lapointe interpréter à cadence accélérée « Avanie et framboise », jugeant  qu’il vaudrait mieux couper la chanson « …ou alors qu’il apprenne à articuler, précise-t-il, sinon il faudra le sous-titrer »….

Truffaut décide d’appliquer l’observation à la lettre et fait aussitôt afficher un sous-titrage à l’écran, chaque syllabe de la chanson étant synchronisée au bas de l’image.

D’où le surnom de « chanteur sous-titré » que l’on accolera désormais à Boby Lapointe…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *